⏱️ 7 minutes

Les projets de rénovation d’appartement ou de villas peuvent parfois nécessiter des travaux relativement importants. Quand il s’agit d’ouvrir une cuisine sur l’extérieur par exemple, d’agrandir une pièce ou de créer un couloir où il n’y en avait pas, cela peut induire des travaux qui toucheront à la structure même du bâtiment, et donc à sa stabilité. Pour ce type de travaux, des calculs précis sont à réaliser afin de faire les bons choix. La poutre IPN se révèle parfois une solution indispensable pour garantir une bonne stabilité et une solidité de l’ensemble du bâtiment. Dans cet article, je t’en dévoile un peu plus sur le rôle de cette poutre très utilisée en construction, et sur la façon de la poser.

L’importance des murs porteurs et le rôle d’une poutre IPN

Deux types de murs constituent la structure d’une maison : on distingue les murs porteurs de ceux qui ne le sont pas. Les murs de cloisons ne servent par exemple qu’à résoudre des questions pratiques, à délimiter les espaces et à créer des pièces. Leur rôle est purement pratique. Un mur porteur joue à l’opposé un rôle très important dans la structure et la solidité de la maison. Comme son nom le laisse deviner, le mur porteur porte ou soutient en effet littéralement une grande partie de la structure sous laquelle il se dresse. Il s’agit des murs de façade. Ainsi, lors de travaux devant nécessiter la modification de l’agencement des pièces ou de la structure d’une maison et la destruction de murs porteurs, les poutres métalliques les IPE et les HEA, HEB en forme de H viennent jouer un rôle de substitution pour éviter un effondrement. Elles sont en forme de “I” et sont conçues pour porter des charges élevées.

Une poutre IPN sera posée pour supporter l’ossature de la maison et maintenir son intégrité pendant des travaux. On peut l’installer lorsque la solidité d’une maison est en doute, ou pour empêcher des déformations dans la structure de la maison en raison de travaux de construction mal réalisés par exemple. Les poutres sont suffisamment solides pour supporter des pans de murs entiers, ou des planchers d’étages supérieurs d’une habitation.

Caractérisation des poutrelles IPN

La poutrelle IPN s’obtient par un procédé appelé laminage. Il s’agit de déformer une pièce de métal sous la pression d’une haute température. Le métal prend alors cette forme finale caractéristique qui lui vaut son nom. Une poutrelle IPN se présente comme un I. Il s’agit d’un élément vertical et de différents éléments horizontaux. Ce sont ces derniers qui sont appelés « ailes ». La poutrelle IPN a des ailes inclinées. Elle répond à normes spécifiques. Il faut par exemple savoir que si l’épaisseur des ailes peut varier d’un standard de poutrelle à un autre, les deux ailes de chaque poutrelle sont toujours symétriques. Les largeurs de l’IPN sont identiques, avec une inclinaison précise pour la face des ailes de 14 %.

Une autre caractéristique de la poutrelle IPN est sa section. Elle présente des dimensions spécifiques. Toutes les poutrelles IPN que tu trouveras sur le marché ont une hauteur qui se trouve comprise entre 80 et 600 mm.

 pose d IPN

Les matières de fabrication d’une poutre IPN

La poutre IPN existe depuis longtemps dans le monde de la construction. Aujourd’hui, les nombreuses matières dans lesquelles elle peut être fabriquée ont fait évoluer son rôle. En dehors de l’aspect purement pratique pour lequel elle peut être installée, une poutre IPN peut également participer à sublimer ton intérieur en tant qu’objet de décoration à part entière.

Les poutres IPN en acier

Les poutres IPN conçues en acier sont sans doute les plus appréciées et les plus répandues sur le marché. Leur durée de vie est élevée. Pour ce qui concerne leur résistance aux charges lourdes, elle est la meilleure. L’acier permet un bon modelage des poutres, ce qui permet de proposer ces profilés sous les dimensions les plus diverses. Pour en faire des éléments décoratifs plus esthétiques, tu peux peindre une poutre en acier. Cela te permettra de leur trouver une place dans ta décoration intérieure. Une poutre en acier peut par exemple très bien valoriser un loft ou appartement décoré dans le style industriel.

Les poutres IPN en fer

Les poutres IPN conçues en fer ont les mêmes avantages principaux que les poutres en acier. Elles sont lourdes et très résistantes, elles supportent des charges maximales et elles sont durables. Leur sensibilité à la corrosion reste la différence par rapport aux modèles en acier. Le prix est également moins élevé en règle générale. Il faut prévoir environ 55 euros le mètre linéaire pour une poutre IPN 200 en fer.

Poutre IPN en verre

Tu pourras te servir d’une poutre IPN en verre pour soutenir un petit balcon ou une mezzanine, et obtenir un effet très recherché, notamment pour les amoureux de l’architecture moderne. Les poutres en verre sont translucides et transparentes. Leur capacité en termes de charge portée reste bien entendu inférieure à celle d’une poutre en fer. C’est le fait qu’elles laissent passer la lumière et qu’elles présentent bien mieux que les poutres en fer qui représentent les principaux intérêts des poutres en verre. Si tu veux t’en procurer, il te faudra tout de même chercher un peu plus que pour les poutres en fer. Ces dernières restent en effet les plus courantes. Le mètre linéaire pour une poutre en verre coûte environ 200 euros.

Les poutres en métal galvanisé

Le métal galvanisé permet la fabrication de poutres dont la résistance compte parmi les plus élevées. À l’instar des poutres IPN en fer ou en acier, ces profilés seront donc suffisamment solides pour les charges les plus lourdes. Par rapport au fer, le métal galvanisé subit un traitement spécifique qui lui confère une résistance à la corrosion. Ta poutre IPN en acier galvanisé ne rouillera donc pas, même si tu devais l’installer sur une terrasse extérieure à proximité de la mer par exemple. Il existe aussi des poutres composites en bois métal comme par exemple les poutres NailWeb. Les professionnels de la construction la préfèrent donc pour les chantiers où cet atout fait une différence importante. Il est cependant important de noter que sur la question du prix, les poutres en métal galvanisé sont plus onéreuses. La protection supplémentaire contre la corrosion fait que pour les poutres les plus grandes par exemple, le prix peut atteindre 1000 euros. Les montants les plus petits à prévoir pour acquérir ce type de profilé sont de 100 euros en général.

Les poutres en aluminium ou en inox

Les poutres en alu ne sont pas aussi populaires sur le marché actuel. Il s’agit en fait de produits récents. Elles conjuguent cependant les avantages des poutres en fer en matière de résistance et de solidité à une grande légèreté. Cela permet des manipulations plus faciles pour leur installation. Il faut prévoir au moins 100 euros le mètre linéaire pour ces profilés en aluminium. Tout aussi rares que les modèles en alu, les poutres en inox sont vendues à des prix qui dépendent du commerçant.

Les poutres en bois

Le bois apporte aux profilés toute la dimension chaleureuse qui est appréciée dans ce matériau. Les poutres IPN en bois sont en général utilisées pour sublimer les constructions de type chalet. Le bois offre cependant une résistance inférieure par rapport aux autres matériaux ci-dessus cités. Cette caractéristique fait qu’elles servent surtout pour les toitures ou les planchers. Tu devras prévoir entre 6 et 18 euros le mètre linéaire pour une poutre IPN en bois.

Les facteurs qui influencent le prix d’une poutre IPN

La taille de la poutre, les dimensions de sa section et sa capacité de résistance aux charges sont les points qui déterminent le coût d’achat pour une poutre IPN. Si tu souhaites en installer une pour un projet donné, je te recommande de contacter un professionnel pour que des calculs précis soient réalisés. Le but sera de déterminer très exactement les besoins du projet avant de passer à l’achat.

comment installer IPN

Installation d’une poutre IPN : les prérequis

Si tu souhaites installer une poutre IPN, il te faut savoir que cela nécessite des calculs précis quant à la répartition des charges et la structure de l’ensemble du bâtiment. La solidité et la stabilité des différents niveaux de la maison étant clairement engagées, le mieux sera de manière générale de faire appel à un professionnel qualifié. Une pose correcte d’une poutre IPN nécessitera des techniques particulières et de nombreuses précautions. Il s’agit essentiellement de ne pas causer de dommages dans la structure du bâtiment, et d’éviter la création de fissures ou de brèches pendant que tu créeras une ouverture dans le mur porteur. Par exemple, un mur porteur ne devra en aucun cas être abattu comme tu pourrais le faire pour les simples murs de cloisonnement. Les murs porteurs doivent être sciés. Cela nécessite un matériel adéquat et une bonne expérience.

Si tu as de bonnes connaissances en travaux de maçonnerie ou en architecture de bâtiment, il te faudra veiller à bien calculer le dimensionnement de l’IPN. Il s’agit d’une étape capitale pour garantir que la poutre jouera parfaitement son rôle de soutien pour la structure qui reposera sur elle. Des qualifications d’ingénieur ou d’architecte expérimenté sont pour cela requises pour une réalisation minutieuse de ce type de travaux.

Les démarches administratives en maison individuelle ou en copropriété

Les travaux d’installation d’une poutre IPN requièrent différentes autorisations selon les cas. Pour l’ouverture dans un mur de façade dans le cas d’une maison individuelle, tu devras déposer une demande de modification de façade à la mairie. Pour les murs intérieurs, aucune autorisation n’est nécessaire. Si tu souhaites ouvrir un mur mitoyen, un état des lieux contradictoire devra être dressé avant les travaux.

Dans le cas d’une copropriété, l’accord de la copropriété est nécessaire. Il faudra également obtenir celui de l’architecte, et établir un état des lieux contradictoire. Le rapport d’un ingénieur béton servira enfin à garantir que les travaux peuvent bien être réalisés.

Les travaux à réaliser pour installer une poutre IPN

Ce sont des travaux de type gros œuvre qui doivent être réalisés pour l’installation d’une poutre IPN. Des outils de démolition adéquats sont nécessaires pour ouvrir ou scier les murs porteurs, qu’ils soient faits de béton, de parpaings ou de briques. Une pose en bonne et due forme se réalise dans le strict respect d’étapes précises, appelé phasage. Après l’ouverture du mur porteur, le maintien est assuré avec des étais. L’installation de la poutre IPN est ensuite réalisée, avant qu’elle soit scellée.

Pour réaliser ces étapes, il faut tout d’abord mesurer les côtes sur le mur. Ces dimensions seront transposées sur la poutre afin que celle-ci soit découpée de manière convenable. Il est nécessaire de prévoir une marge de dépassement de 20 cm au minimum sur les côtés de la poutre, afin de pouvoir la sceller sur la maçonnerie. L’IPN peut être scellée au mortier. Il est également possible d’opter pour un scellement chimique. Il faut ensuite percer et découper le mur, depuis le haut, en procédant tranche par tranche. Les étais seront placés progressivement pendant l’ouverture du mur. Les étais peuvent être retirés après 24 h.

La pose d’une poutre IPN reste un travail délicat. Ce profilé doit en effet soutenir des charges importantes. Les calculs à réaliser pour déterminer sa position et sa taille idéales doivent faire l’objet d’une grande attention. C’est aussi le cas pour la procédure d’installation en elle-même : il en va de la stabilité de la structure supportée ou de la maison. C’est également une question de sécurité.
Si tu as des informations à partager, ou si tu en as appris un peu plus grâce à cet article, je t’invite à laisser un commentaire. Merci pour la lecture !

Share This