⏱️ 5 minutes

Bonjour à tous et bienvenus pour ce nouvel article, merci de prendre le temps de le lire et n’hésitez pas à me faire part de vos retours, bonne lecture. Cette semaine j’ai fait des modélisations 3D d’une nouvelle villa, c’est un projet de rénovation d’une maison de style classique (qui a pour caractéristiques beaucoup de symétries, des colonnes, des reliefs sur les façades créant un effet de strates, des ouvertures arrondies…). Cette maison a trois étages, un rez-de-chaussée, un rez-de-jardin et un sous-sol. Je ne savais pas que le niveau du rez-de-chaussée pouvait être différent de celui du rez-de-jardin. Pour moi, le jardin était forcément au même niveau que celui de l’entrée de la maison, or ici, l’entrée de la maison était au rez-de-chaussée contrairement à la piscine et le jardin situés tous deux au rez-de-jardin.

J’ai également découvert que lorsque l’on avait un bâtiment à plusieurs étages, on le numérotait comme on le voulait. C’est ce que font les promoteurs ou constructeurs d’immeubles, ils mettent généralement le niveau zéro en dessous du rez-de-chaussée, car plus on monte dans les étages, plus l’appartement prend de la valeur. Je reviens donc au projet de la villa sur laquelle j’ai réalisé les 3D.

Ce projet est atypique, il comporte un bassin à carpes Koï qui fait le tour de la maison, le haut du bassin est au niveau du rez-de-chaussée et le bas du bassin, lui, est plus bas que le niveau du rez-de-jardin. Cela fait que les ouvertures du rez-de-jardin donnent sur l’intérieur du bassin, les habitants verront donc les poissons en se baladant dans leur maison. Ces ouvertures créent également beaucoup de lumière, mais une lumière atténuée et moins forte que celle d’une fenêtre qui donne directement sur l’extérieur. La lumière passe d’abord à travers l’eau avant de traverser les fenêtres, elle est donc moins puissante. Cette villa est complexe et atypique, ce qui me plaît beaucoup, c’est plaisant de travailler sur des projets tous différents, c’est ce qui rend ce métier passionnant et enrichissant.

Pour revenir à cette semaine j’ai également assisté à la réunion hebdomadaire de chantier d’un projet de rénovation que je suis depuis un an maintenant. Ce jour-là, les ferronniers sont venus pour parler d’un escalier qui doit suivre un angle lors de sa rotation. Ils nous ont expliqué qu’en vue de la complexité de l’escalier, ils seraient contraints dans un premier temps d’analyser et de relever le gabarit de la trémie (ouverture de la dimension de l’escalier) afin d’adapter leur ouvrage en atelier. Ils feront un test sur place, si la plaque modélisant la trémie convient, ils créeront alors une maquette en bois de cet escalier.

Ce dernier servira « d’escalier test » permettant de prendre les mesures nécessaires pour le futur. Il servira aussi d’escalier de chantier pour faciliter le déroulement du second œuvre (électricité, plomberie, clim, doublage, revêtements durs…). Pour réaliser ce gabarit, ils devront prendre les côtes exactes de l’espace que l’escalier prendra, pour cela il faut que les maçons aient bien lissé au préalable le mur existant pour créer une courbe sans impureté et régulière. Ils feront ensuite suivre le doublage sur le gabarit préparé par les ferronniers.

De plus, ces mêmes ferronniers devront étudier l’escalier, étudier la répartition des charges et les fixations à faire pour que l’escalier ne cède pas en forçant sur lui-même. Pour les aider à visualiser le futur escalier, j’ai fait une 3D de celui-ci avec les hauteurs de ses marches et les murs qui l’entourent. Nous leur avons montré cette modélisation ainsi que des photos dites « d’inspiration » que l’architecte avait sélectionnées (ces photos sont des photos que l’architecte choisit dans le but de donner une ambiance, une idée, qui serviront d’appui lors de la présentation du projet aux clients). Cela leur a permis de visualiser le futur escalier, d’énumérer les potentiels problèmes et de commencer à réfléchir aux solutions.

De plus, j’ai participé à la première réunion de chantier d’un nouveau projet de rénovation de villa, cette réunion a permis à tous les différents corps de métiers de voir le chantier, voir la villa existante et ce à quoi elle ressemblera grâce au plan. Nous avons fait le tour de la maison avec le responsable des artisans du gros œuvre et de la démolition et avons marqués les cloisons à abattre. J’ai également pris des photos de chaque pièce de la villa où il y a eu des travaux pour les mettre dans mon compte rendu de chantier, qui servira de preuve en cas de litiges et d’informations aux autres entreprise de ce qui est fait sur le chantier.

Patrick m’a expliqué que dans les maisons des année 80 (comme la villa dans laquelle nous étions), l’enveloppe était généralement constituée de murs en en agglos banchés (qui sont les murs porteurs), d’une rangée de laine de verre/roche et d’encore une rangée de mur en agglo, contrairement à maintenant ou on fait les murs en béton, qu’on isole ensuite avec de la laine de verre et que l’on plaque avec du BA13.

J’ai également travaillé sur les plans techniques de cette villa. Un plan technique, c’est un plan auquel on ajoute toutes les informations utiles aux différents corps de métier qui travailleront sur le chantier. Avant de les réaliser, il faut d’abord, choisir les électroménagers, les robinetteries, luminaires, appareils de climatisation et de VMC, sanitaires, meubles de cuisine et ce car en fonction de chaque produit choisi, les détails techniques varient.

De plus, il faut les lister, en faire un dossier avec des descriptions, des photos, les finitions choisies, les références et les détails techniques afin d’avoir toutes les informations nécessaires au traçage de ces plans. Ils serviront également aux commandes. Une fois le dossier complété on tracera nos plans techniques qui comprendront nos élévations et un plan de chaque pièce.

Sur ces plans seront tracés :

  • Nos prises
  • Nos interrupteurs
  • Nos différents circuits électriques (vas et viens, prises commandés, zone d’éclairages etc…)
  • Les VMC et leurs circuits
  • Les appareils de clims et leurs circuits (reprise et soufflage)
  • Les détails de nos robinetteries
  • Les axes de plomberies
  • Les sorties d’alimentations d’eaux et d’électricités
  • Les cotes
  • Les chauffages
  • Les cotes pour positionner les meubles (vasques par exemple)
  • Plaque de renforcement pour les meubles fixé au mur

Les plombiers, électriciens, cuisinistes, plaquistes, maçons se serviront de ces plans. Ils permettront à chacun d’avoir toutes les prérequis nécessaires à la réalisation de leur ouvrage. Ces plans seront évidements agrémentés d’informations à chaque réunion de chantier. J’espère que vous avez apprécié cet article et vous remercie pour votre temps, je vous dis à la semaine prochaine pour un nouvelle article !

Vous avez aimé mon article ? Pour donner votre avis, partager vos expériences ou même poser vos questions, je vous invite à poster un commentaire ! Merci pour votre soutien 🙂

Share This